Mai 312014
 

Manche 4Ce vendredi nous avons navigué sur une manche relativement courte de 46km, décision due au risque d’orage et au vent déjà bien présent. La course s’est déroulée dans des conditions variées et sur un rythme élevé laissant peu de place aux erreurs. Un grand nombre de balises combiné à un parcours court conduit à peu d’options et donc beaucoup de tactique et de pilotage. Et pour cette quatrième manche nous avons enfin des filles au but! l’anglaise Kirsty Cameron (Ozone Enzo 2) gagne la manche et conserve la tête au classement général. LE Suisse Alfredo Studer (Ozone Enzo 2) met plus de 10 minutes à tout le monde en suivant une trajectoire de l’espace, écrase les points et prend la tête de la compétition. Julien Wirtz est toujours 3ème, en embuscade pour la dernière manche demain samedi dans des conditions qui pourraient être, enfin, excellentes.
Texte et photo : Maxime Bellemin

 Publié par à 22 h 06 min
Mai 292014
 

10378152_622552474493254_1911667325529195544_n
Nouvelle manche et grosse manche ce jeudi dans la Coupe du Monde Coeur de Savoie. L’Ascension, un jour férié au nom béni pour les parapentistes! Le parcours? Déco de Montlambert, start vers les Tours, Grésy, un grand rayon passant par Allevard et Brame Farine, Ebaudiaz, Coise et but à Chamousset. Le tri est fait dans le choix du point de contact avec le grand rayon. Il fallait choisir Allevard. Puis ensuite rester haut pour cheminer au niveau des crêtes de la Vallée des Huiles. Et ne pas se faire piéger dans la rentrée au but, aller chercher Coise vent dans le nez n’était pas donné. Torsten Siegel parvient à enchainer tout ces bons choix et devance Clément Latour magnifique second. Luc Armant et Jacques Fournier sont également dans les 10. Un peu après que les premiers arrivent au but la manche est stoppée pour cause de vent, pluie, grêle et attéro turbulent… et il n’y a toujours pas de fille au but. Au général Jurij Vidic prend la tête devant Julien Wirtz, Torsten Siegel et Jean Marc Caron. La France est en tête par nation. M.B.

Manche3

 Publié par à 20 h 52 min
Mai 282014
 

10413349_622134564535045_7603221997663094860_n
Enfin une manche! Enfin, comme qui dirait, une manche d’hommes. Malheureusement pas une seule fille au but aujourd’hui après 65km de course. L’organisation nous a judicieusement déplacés sur Saint-Hilaire ce matin pour un parcours passant par le Saint-Eynard et revenant directement au PC course à Chamousset. Un parcours simple et offrant quelques options pour la traversée de vallée. Lors de la première partie de course, la plume dans le caillou et le pied sur le barreau, le vent de Nord s’est bien renforcé, léchant le relief, rendant les conditions de courses assez dures. Nous revenons à Barreaux, faisons un semblant de plein et partons à l’aventure. Brame-farine ne sera pas le bon plan, tout droit en vallée non plus, il fallait jouer à cheval sur la petite arête intermédiaire. Les Français font fort avec Charles Cazaux et Julien Wirtz qui font 1 et 2, ce qui aide à prendre la 1ère place par nation. Toutes les filles font autour de 20km. Cette manche a plu à certains, moins à d’autres, en tout cas elle a peut-être sauvé la compétition.

Capture d’écran 2014-05-28 à 23.46.26

 Publié par à 22 h 44 min
Mai 272014
 

« Troisième jour de compétition, troisième réveil sous un ciel plombé, et pas par la chaleur du soleil. Il doit bien y avoir un soleil, là-haut, au-dessus des nuages et de la pluie, non? Décidément les organisateurs français de Coupes du Monde ne sont pas vernis avec la météo. Déjà il y a 2 ans à Talloires les cieux s’étaient acharnés sur nos têtes. Mais l’année dernière Val Louron s’en était bien sorti. Le centre du monde du parapente ferait-il l’objet d’un glissement de terrain? Mais ce n’est pas nouveau. De bons pilotes viennent de toutes les régions de France, de bons sites existent partout en France, mais nul n’a l’apanage d’une météo clémente et certaine. En situation de compétition malgré tout nous devons rester prêts, chaque soir, chaque matin. Nous devons garder notre motivation pour aller concourir dans des conditions ni très intéressantes ni très sportives. Et personne ne nous y force. Il faut juste garder l’envie! Bon ben vivement demain alors! » Maxime Bellemin 10269463_621665837915251_5942596079591255174_n

Shopping, faute de bonne météo !

Mai 262014
 

« Après avoir entretenu l’espoir et la motivation hier soir, ce matin les organisateurs se sont rendus à l’évidence: nous ne courrons pas de manche de Coupe du Monde aujourd’hui. Le ciel est couvert, la pluie confirmée pour l’après-midi. La brève ouverture du ciel en milieu de journée n’aurait pas permis de lancer une manche, ni de fléchette, ni de pétard mouillé. Les activités annexes sont proposées pour occuper les pilotes désœuvrés. Promenade, tourisme, un peu de sport pour les plus courageux. La météo des prochains jours ne s’annonce pas folichonne, enfin, pour ceux qui la regardent encore. L’option pour demain a d’ores et déjà été fixée pour le Sire, le mamelon en herbe tout proche de la Croix du Nivolet. Si nous y montons, il y a fort à parier que le bar au sommet devrait faire un bon chiffre d’affaires. » Maxime Bellemin

Mai 262014
 

… vient de démarrer :
DSC04606
Au programme cette semaine: Coupe du Monde de parapente à Chamousset, France! Le comité d’organisation local s’est démené pour créer un évènement fédérateur dans la Combe de Savoie, rebaptisée Cœur de Savoie par la communauté de communes, entre Chambéry et Albertville, Bauges et Belledonne. Un superbe village de tentes avec animations a été monté pour l’occasion, avec rien moins qu’un Alpha Jet de la Patrouille de France trônant au milieu faisant la joie des petits et des grands. Pour le côté sportif, cela s’annonce plus compliqué, la météo restant ce qu’elle est, incontrôlable. Hier dimanche nous avons donc été coincés entre un voile le matin et de la pluie l’après-midi. Une petite manche de 46km a été lancée. Après 1h de survie à hauteur du déco de Montlambert pour attendre le départ, nous avons lentement glissé jusqu’à Grésy-sur-Isère. Cette fléchette améliorée de 15km couronne José Ferreira, départagé au dixième de point, qui gagne sa première manche de coupe du monde pour sa première participation! Pour son retour en compétition Kirsty gagne chez les filles. Bien entendu la France est première nation. La journée de lundi vient d’être annulée … espérons que le reste de la semaine verra se courir des manches intéressantes et sportives. Maxime Bellemin

Mai 212014
 

Alain Zoller, qui dirige le laboratoire suisse d’homologation Air Turquoise, a été très sollicité dans l’affaire de la Superfinale PWC du Brésil. Il a tenté de résumer les faits de cette complexe histoire. Extraits de son point de vue…

OLYMPUS DIGITAL CAMERANous avons demandé à Ozone de refaire de A à Z l’homologation de la nouvelle Enzo (en fait celle qui avait été utilisée pour la Super Finale au Brésil). Ce qui a été fait en mars. Pour des raisons de transparence, nous avions invité la PMA, le DHV et EAPR à participer aux tests en vol, mais personne n’a trouvé bon de venir. Nous avons transmis les vidéos des tests afin de prouver la conformité et la validité des résultats en accord avec la norme, mais la PMA et EAPR ont commencé à nous dire que cette homologation n’est pas valable car la ligne de pliage utilisée pour la Enzo2 n’est pas conforme au « Statment » de Bregenz de décembre 2011 (qui n’a jamais été signé par les parties, ni validé par le LBA). Il nous est aussi reproché de ne pas avoir appliqué la norme EN 926-2:2013… alors qu’elle n’était même pas disponible et publiée officiellement.

Je vois ceci comme une manœuvre pour faire tomber Ozone, une campagne de désinformation orchestrée par quelques constructeurs germaniques. Du coup, dans la foulée on vient s’attaquer au labo test « étranger » qui met les pieds dans les plate-bandes du monopole germanophone. Toucher la marché germanique sans parler la langue de Goethe semble déranger plus que jamais.
Nous en avons ras le bol de ces conneries pour 0,2% de pilotes qui volent ces voiles de compétition !
L’impact des tests EN sur les voiles de compétition
A la différence des voiles des autres catégories, pour passer les tests les voiles de compétition sont « bridées » par les constructeurs : la vitesse est abaissée jusqu’à ce que les manœuvres en vitesse maximum satisfassent les critères de la norme. Ceci s’explique par le fait que le pilote test ne doit pas intervenir durant 5 secondes après avoir provoqué une fermeture asymétrique à 75% ou symétrique par exemple… je laisse quiconque imaginer une sortie du domaine de vol sur une voile à plus de 7 d’allongement!
Sans parler de vitesse maximum mesurée dans les tests (car des variations entre les instruments pourraient induire en erreurs) nous publions des « plages » de vitesses: différences entre la vitesse bras hauts et la vitesse minimum, entre la vitesse maximum full speed et la vitesse minimum. Les puristes comprendront très vite que les voiles de compétition, lors des tests, ne dépassent que très rarement les 55 km/h avec les réserves expliquées ci-dessus. Mais on voit mal un pilote acheter un gun de compétition, pour se trainer à des vitesses en dessous de 60 km/h… sans trouver une parade pour exploiter le grand potentiel de ces voiles. Et ces parades existent par des astuces très simples sur les débattements des accélérateurs, les passages de la corde d’accélérateur, des changements de suspentes sur les différentes parties, etc.
Comment en sommes-nous arrivé à cette situation désastreuse avec le résultat que l’on connaît : suspicion entre compétiteurs, entre constructeurs, destruction des classes inférieures d’homologation, discrédit sur la gestion de notre sport. Tout le monde se refile la responsabilité ou l’irresponsabilité de la situation, mais personne n’a eu le courage de regarder la vérité en face et se dire : oui c’est vrai on s’est planté, travaillons de pieds ferme pour trouver une solution ! Notre activité doit évoluer dans le fun et la bonne humeur, mais aussi et surtout dans un esprit de responsabilisation pour plus de sécurité. Etablir des règles est primordial, mais trop de règles tue notre microcosme.
Il ne nous convient pas de rester les bras croisés et de se plaindre. Sous l’impulsion de Randi Erikssen, nous avons posé une base de discussion sur un projet concret auxquel se sont jointes les fédérations France et Suisse. En quelques séances avec la FSVL, la FFVL et la CIVL, nous avons finalisé la section 7th dans les délais impartis par le calendrier. Nous sommes fiers de constater que notre projet a été accepté lors de la dernière AG de l’EHPU à Amsterdam. Nous espérons qu’il sera confirmé en l’état lors de la séance plénière de la CIVL à Bali, afin que les nouvelles règles puissent enfin être appliquées en 2015.
La mise en place de la norme 926-2:2013 et de la nouvelle section 7th, devrait ramener un peu le calme dans les classes d’homologation pour le 90% des pilotes loisirs, qui ne demandent que sécurité, fun, confiance au système, et un monstre plaisir de se retrouver en l’air sous leurs voiles adorées.

Nous remercions les personnes actives dans le travail de la section 7th, soit : Randi Eriksen (Air Turquoise), Beni Stocker et Christian Bopart (FSVL), Marion Varner et Yves Goueslain (FFVL), Stéphane Malbos et Jörg Edwald (CIVL).


Alain Zoller :
alain@para-test.com
para-test.com

Mai 192014
 

Merci au club de Bléon’ailes pour ce petit compte rendu de leur compétition :
_DSC6993 (Large)
« Avec seulement 13 inscrits, une semaine avant la compétition, le club Bléon’Ailes a bien failli annuler. Après un appel à tous les inscrits non confirmés, c’est finalement 25 compétiteurs qui se sont manifestés et ont permis le maintien de la compétition. Pour le club, c’était une reprise après quatre longues années d’annulation pour mauvaises conditions météo.
Les prévisions météo était bonnes pour les deux jours avec toutefois un développement à caractère orageux prévu en milieu d’après midi.
La manche du samedi consistait en un tricotage de balises sur le terrain de jeu habituel des Dignois, entre Thoard et Courbons pour une distance totale de 30 km. Pas de réelles difficultés à part sortir du décollage et se refaire sur Courbons, puis, remonter au vent en rentrant du village des Hautes Sieyes. Quelques uns ne franchiront pas cette épreuve et finiront au tas. Cinq pilotes bouclent la manche. François Jaillet, un élève de la formation BPGEPS de Digne remporte la manche en moins de 1h 26mn, suivi de Carole Savary et de Léo Gasq. Marcos Dos Santos Chagas, quatrième, boucle également la manche après un tricotage et plusieurs franchissement des même balises en raison d’un GPS (Smartphone) mal maîtrisé. Arnaud Beugnette est le dernier à boucler en 2h35mn.
La manche du dimanche se déroule avec un léger flux de sud et une couverture nuageuse dès 15 h. Comme samedi, les balises restent du coté ouest de Digne les Bains avec toutefois la dernière balise à Mélan, dans la vallées de Thoard d’où il va falloir revenir avec le vent de face. Les 30 km sont parcourus en 2h03mn par Olivier Cotasson qui gagne la manche. Marcos qui utilise cette fois un vrai GPS termine second à 20 mn. Loraine Humeau, championne de France 2013 de Voltige et licenciée au club Bléon’Ailes termine troisième avec 2h31 au compteur.
Au général, après une correction de trace faite par le DT, Marcos Dos Santos Chagal gagne la compétition, suivi de Léo Gasq et de Arnaud Beugnette. Carole Savary, première fille termine quatrième de l’épreuve.

 Publié par à 10 h 48 min
Mar 262014
 

« Ozone n’a à l’heure actuel pas de problème avec les marques qui participent à la compétition, Niviuk, GIN, Axis, Dudek et quelques autres. Ce sont des marques inventives et qui travaillent sur de vrais produits originaux. C’est grâce à eux que la compétition est intéressante et que le sport avance. Nous avons en ce moment des problèmes avec quelques marques de la PMA, les plus conservatrices, de celles qui semblent prêtes à mettre des bâtons dans les roues des autres, plutôt que de travailler davantage sur leur produits. »

 Publié par à 10 h 41 min