Juil 182012
 

De notre envoyé spécial Clément Latour :

« Les prévisions météo sont excellentes pour cette troisième manche. Quasiment pas de vent météo et des plafs à plus de 3000 mètres. Une manche de 97 km nous attend! Il est difficile de s’extraire dans les premiers thermiques teigneux en sortie de décollage; mais une fois sortie c’est le bonheur assuré! Nous profitons d’un peu de fraicheur et d’un panorama magnifique a 2400 mètres. Les plafond ne cessent d’augmenter tout au long du vol.
Aprés la balise N°2 qui nous fait survoler le château de Montalegre, deux groupes distincts se forment : l’option plaine directe et l’option montagne qui nous éloigne de la ligne droite entre les 2 balises. Les 2 groupes se rejoignent finalement à B3, à des altitudes similaires.
Sur la suite du parcours, un vario à plus de 5 M/S nous monte au dela de 2900 mètres. Sous nos pieds, tout parait plat et desert !
Une restriction aérienne nous empêche de dépasser les 2950 mètres. Certains pilotes trop gourmands et surpris par la force du thermique dépasseront cette limite d’altitude et seront pénalisés ou disqualifiés pour la manche du jour !
Plus de soixante pilotes atteignent le but de cette magnifique manche.
En tête, le Portugais Nuno Virgillo passe la ligne sous des tonnerres d’applaudissements !  »

Juil 162012
 

Clement Latour est pour cette occasion notre envoyé spécial. Il nous parle de la première manche d’hier , dimanche 15 juillet :
« Un bon vent du nord alimente généreusement les dizaines d’éoliennes qui dominent le décollage Nord. La première manche fait 93 km et ne compte que 2 balises: Le start et le Goal !
Le start nous emmène à quelques km à l’ouest du décollage puis nous partons pour 80 km de plaine en direction du Sud est, poussés par le vent. Une grosse grappe formant le groupe de tête saute de thermique en thermique, avançant lentement mais surement vers le goal et se contentant de 1600 mètres de plafond. A 20 km de l’arrivée, une dizaine de pilotes se détachent et le rythme s’accélère en se rapprochant du goal. La victoire leur semble assurée… Ils se font pourtant dépassés par la grappe qui trouve un meilleur cycle thermique avant le plané final.

L’Italien Aron Durogati franchit la ligne le premier. Luca Bernardin, premier français, arrive troisième, talonné par 6 autres Frenchies.
Au final, ce sont plus de 30 pilotes qui arrivent au goal en moins de 2 minutes.
Long retour en bus jusqu’au PC, ou nous arrivons à 21H30. Le temps de décharger nos traces, manger un morceau et nous reposer pour la manche de lundi ! «